Documents de l’enseignante spécialisée ADP

Les analyses de besoins

Une des taches de l’enseignant spécialisé est de traduire les difficultés des élèves en BESOINS afin de proposer des adaptations spécifiques.

Pour faire ces analyses de potentialités et de besoins, je m’appuie sur la grille très complète de Valérie BARRY :

Les PAS des élèves (Projets individuels d’Aide Spécialisée)

Les projets de groupe

Un exemple de projet d’automatisation de la lecture en CE1

Analyse d’une séance

La première chose à analyser reste l’adéquation et les écarts entre l’objectif visé en amont et la réalisation au cours de la séance : EST-CE QUE L’OBJECTIF D’¨APPRENTISSAGE EST ATTEINT ?

Puis se pencher sur la DIFFÉRENCIATION et l’ADAPTATION à l’intérieur du groupe. Différencier pour permettre à TOUS les élèves de progresser vers l’objectif. Adapter c’est tenir compte des profils cognitifs et comportementaux particuliers des élèves : adaptations spécifiques portant sur le matériel et les supports de travail, les actions à réaliser et les consignes, les procédures et les démarches, l’étayage/l’intervention/la régulation, la quantité, la durée, l’espace, … (pour plus d’informations sur les notions de différenciation et d’adaptation c’est ici).

Ensuite, s’interroger sur l’existence d’un CONFLIT COGNITIF chez chaque élève (en accord avec sa Zone Proximale de Développement personnelle) et d’un CONFLIT SOCIO-COGNITIF entre les élèves.

Aussi le versant MÉTACOGNITION (connaissance de la connaissance, regard sur soi en train de faire) très important dans l’enseignement spécialisé : faire verbaliser et expliciter les processus cognitifs est fondamental pour que l’élève puisse conscientiser et analyser ces processus, pour ensuite travailler selon son propre schéma cognitif et agir sur celui-ci, par le biais de développement de stratégies, l’acquisition de méthodes …

Enfin, terminer par l’aspect de la formalisation en terme d’ÉVALUATION FORMATIVE en fin de séance.

En plus de tout cela, une bonne séance est une séance dans laquelle l’adulte a été un médiateur dans la gestion des interactions, la régulation de l’activité des élèves et l’institutionnalisation ; c’est-à-dire finalement peu visible !

Rappel théorique autour de la notion de projet

-Le projet pédagogique a plusieurs fonctions :

  • mettre du sens sur les apprentissages, développer de nouvelles compétences (fonction pédagogique) ;
  • créer une dynamique de groupe (fonction sociale) ;
  • motiver les élèves (fonction de dynamisation).

Dans le concept de projet, il y a une notion participative de l’élève.

Il est essentiel d’associer les élèves (et les familles) dans le projet pour anticiper, viser une potentialité d’apprentissage avec eux ; cela participe à l’engagement de l’élève dans le projet, la motivation associée et la dynamique de progrès pour atteindre le but final (à visualiser et définir en amont).

Quant au projet de groupe, il doit permettre de comprendre le regroupement.

-Le projet pédagogique a plusieurs propriétés :

  • Il est évolutif : la planification étant à réguler au fur et à mesure de l’avancement dans le projet. Il peut même être réorienté.
  • Il est interactif, il n’est pas cloisonné à un apprentissage, à une personne, à un lieu.
  • Il est décomposable en séquences.
  • Il est délimité dans le temps.
  • Il est évaluable, ce qui permet de le réorienter à tout moment. L’évaluation portant sur les différentes réalisations par rapport aux compétences fixées à atteindre par les élèves (une grille par élève avec les compétences à atteindre fixées en amont).

-Le projet pédagogique a plusieurs étapes :

  • Négociation de l’intention, la visée entre tous les acteurs après analyse de la situation
  • Définition des objectifs (objectifs d’apprentissage et compétences à atteindre)
  • Définition des moyens (supports, matériels, étayages …)
  • Planification et programmation (avec échéances)
  • Réalisation du projet avec bilans intermédiaires
  • Évaluation finale du projet

-Le projet pédagogique doit comporter plusieurs rubriques :

  • le cursus de l’élève, son parcours éducatif (aides extérieures, différenciation en classe, APC, PPRE, PAP, PPS avec aménagements et compensations) ;
  • l’emploi du temps de l’élève ;
  • les observations en classe et les évaluations diagnostiques permettant l’identification des points d’appui et des difficultés et la définition des besoins ;
  • les compétences visées (2 ou 3) ;
  • les objectifs d’apprentissage du projet (peu nombreux) et la programmation ;
  • les adaptations didactiques et pédagogiques ;
  • un échéancier ;
  • les modalités d’évaluation des progrès de l’élève et les critères de réussite ;
  • la participation au parcours éducatif de l’élève, les partenariats.